Aujourd'hui, 

je vous livre le tout premier texte issu d'une histoire qui s'écrire en plusieurs épisodes. Pour lire la suite, rendez-vous sur ma page Facebook auteure.

Je vous invite à partager ces histoires, de les liker et de me suivre chaque semaine.

Voici la toute première !

"Partir.

 Samedi, quelle tristesse ! Je pleure depuis des heures. Je me sens déraciné.

Ma mère va et vient. Elle est inquiète. Depuis quelques jours, tout a changé. Que nous arrive-t-il ? Nous étions si bien tous les six dans notre immense maison, avec ces grands espaces pour jouer. Maman s'arrangeait pour que notre lieu de vie soit toujours impeccable et que nous ayons de bons compagnons pour nous amuser. Ah ! les chevaux, les chiens de la meute, Cécile.

Notre Cécile. Elle était présente lorsque nous avons ouverts les yeux. C'est notre seconde maman. Elle nous fait découvrir de choses extraordinaires. Notre meilleure enseignante ! Aujourd’hui, elle sait que je suis triste. Cécile n'a rien dit, mais moi je sais. Chaque jour, depuis 5 jours, son petit coeur était serré. Elle nous aime tellement ! Cette semaine, c'était le grand départ.

Lorsque mes frères et soeurs sont partis, elle était heureuse pour eux, mais ma petite voix intérieure m'a dit qu'elle avait un peu de tristesse elle aussi. Comme moi. C'est assez étrange car elle rayonnait de joie en même temps. Là où les miens sont partis, Cécile les sait bien accueillis, dans l'amour et le respect, la sécurité et la confiance. Son bonheur est de nous voir grandir et évoluer, nous éveiller. Elle nous a tant apporté ! Pourquoi mes frères et sœurs sont partis et moi, je suis ici, sans eux ?

Je suis seul avec maman qui a un étrange comportement. Elle a saccagé le beau parterre de fleurs de Cécile, pourtant c'est interdit ! Il se passe quelque chose que je ne comprends pas. Alors dans mon désespoir, je pleure, j'appelle, j'ai peur. Nala, Syska, Sirius, Saga, où êtes-vous ? Vous me manquez.

Oh ! Cécile arrive ! Elle me prend dans ses bras, maman est partie ailleurs, dans la maison. Je lui ai fait un doux câlin tout à l'heure, ça m'a fait du bien...surtout me gaver de son repas. J'ai le ventre rond et rebondi, ça fait rire Cécile. Elle me porte, nous sortons de la maison et quand elle ouvre la porte du parc et qu'elle me dépose au sol, surprise !

Elle est grande, s'avance vers moi lentement, baisse la tête. Je m'assois, je ne la connais pas. Elle m'impressionne. Je ne connais pas son odeur. Elle est nouvelle ici ?! Bisous sur le nez.

Je cours et là, une seconde Cécile me tend les bras. Mais je t'ai déjà vue toi ! Je reconnais ton odeur. Oui !!!! Je suis content de te voir, je dis bonjour à tout le monde car elle n'est pas seule. Oh ! Toi aussi je te reconnais, tu es très grand...et très câlin. Tu sens bon. Tiens, un bisou.

Je cours dans le parc, je ne pleure plus, je suis heureux. Je ne pense même plus à maman. Des sourires, des voix joyeuses, on m'aime bien on dirait !

Je sens des odeurs connues, mes soeurs et mon frère sont passés par ici. Alors, que va -t-il m'arriver ? Vais-je partir moi aussi et ne plus revoir maman ? Le temps file à toute vitesse. Nous nous sommes bien amusés. Je leur ai montré de quoi j'étais capable, je suis sociable et équilibré, comme dit Cécile.

Je joue avec ...comment ils l'appellent déjà ? Ah oui, Taïga. Elle ressemble un peu à ma maman, mais elle est timide et plus âgée. Je crois bien qu’il faut la laisser tranquille.

Eh !!! vous partez déjà ? Vous reviendrez ? Demain ?

Cécile me ramène vers maman. On se fait un dernier câlin. On le sait tous les deux. Ce sera mon tour demain, je pars. Je t’aime maman,

Kenaï."

 

 

?

 

?